Questions fréquentes

 Questions fréquentes


 

logo boucheprofil

Pour obtenir les réponses à vos questions les plus fréquentes, il suffit de cliquer sur la question concernée!

 

L’orthodontie permet de rectifier la position des dents et des mâchoires afin d’obtenir un visage et un sourire harmonieux. Cet alignement va également favoriser l’hygiène dentaire et les fonctions de la bouche comme l’élocution, la mastication, la phonation, …

Le meilleur moyen est de consulter votre chirurgien-dentiste ou votre orthodontiste. Cependant, certains signes peuvent vous alerter : dents qui se chevauchent, dents qui ne se touchent pas lorsque l’enfant ferme la bouche, dents en avant, dents écartées,… Ces signes doivent vous mettre la puce à l’oreille. En cas de doute, n’hésitez pas à demander un avis, même pour un très jeune enfant.

Pour chaque type de défaut à corriger, il existe un âge idéal pour effectuer le traitement. Si cet âge est dépassé, la correction du défaut reste possible, mais plus difficile.

Pour consulter son chirurgien-dentiste ou son orthodontiste, il n’est pas nécessaire de passer par son médecin traitant.

C’est très variable. Un traitement peut durer de quelques mois à 3-4 ans pour les plus longs. En moyenne, les traitements durent entre 15 et 24 mois.

DSC_0100

En orthodontie, les honoraires sont libres, c’est-à-dire que chaque praticien peut décider de ses tarifs. Le coût des traitements d’orthodontie varie en fonction du praticien, de la technique utilisée et de la durée des soins. Un devis vous sera obligatoirement adressé à l’issue de la première consultation.

Les jours qui suivent la pose des bagues, la langue et les joues peuvent être irritées. Cette période de gêne disparaît assez rapidement. De la cire orthodontique et des antalgiques vous seront recommandés pendant cette période. Ensuite, à chaque activation des bagues, c’est-à-dire lorsque l’orthodontiste « resserre » les bagues, toutes les 5 semaines environ. En cas de gêne passagère, un antalgique vous sera prescrit.

Certaines personnes ont des mâchoires trop petites pour accueillir convenablement l’ensemble de leurs dents. Dans ce cas, l’extraction de dents saines peut être justifiée pour assurer le bon alignement des autres dents.

C’est une crainte justifiée. Néanmoins, il est extrêmement rare que l’on ne puisse pas s’habituer à un appareil, surtout lorsque l’on est réellement motivé par son traitement. Dans les cas extrêmes, la dépose de l’appareil sera envisagée.

Les appareils avec des bagues ne peuvent pas être retirés avant la fin du traitement. Pour les appareils de type gouttières, leur port moins de 20 heures par jour compromet fortement la réussite du traitement. Ils ne doivent donc pas, eux aussi, être retirés sauf pour manger et se brosser les dents.

Il existe différentes techniques qui permettent de rendre certains traitements très discrets voire invisibles. N’hésitez pas à en parler avec votre orthodontiste.

Il est préférable en effet d’éviter les aliments très durs ou collants afin de ne pas casser l’appareil. De plus, une hygiène buccale stricte doit être mise en oeuvre.

Les jours qui suivent la pose de l’appareil, l’élocution peut être légèrement perturbée. Dans tous les cas, ce phénomène n’est que très transitoire.

Cela n’est pas vrai. Aujourd’hui, porter un appareil dentaire est devenu très courant.

Les traitements classiques non chirurgicaux ne comportent aucun risque. Au contraire, c’est le fait de garder des dents non alignées qui comporte un risque pour votre santé bucco-dentaire (risque augmenté de caries et de déchaussement des dents)

Après un traitement orthodontique, il existe généralement une petite récidive, c’est-à-dire un léger déplacement des dents. Pour éviter cela une contention est toujours proposée à la fin du traitement.

Contactez immédiatement le cabinet pour avoir la marche à suivre. Dans tous les cas, ne restez pas trop longtemps avec un appareil cassé ou perdu, cela risque de remettre en cause la durée ou l’efficacité de votre traitement.

L’idéal est de réaliser le traitement orthodontique avant la fin de la période de croissance, c’est-à-dire pendant l’enfance ou l’adolescence. Cependant, même si cette période est dépassée, des traitements restent possibles.

 

 

source : Drs POTTIER Elodie & Drs LESNE Bastien

Les commentaires sont fermés.